19h56, je sors du métro Porte de St Cloud, tout est a priori normal, les supporters chantent, charrient les marseillais. Je m'approche du stade quand je vois la foule courir dans ma direction, des fumigènes volent et je sens l'odeur de la lacrymo ma chatouiller les narines. Je me mets à courir vers le métro. Je m'arrête et me colle contre un mur, là y'a un gars qui me dit "t'inquiètes pas c'est rien"... Il est marrant lui, je suis toute seule et il me dit que c'est rien. Je suis blanche, je sors mon téléphone pour appeler F qui est déjà dans les tribunes, répondeur direct. Là je commence sérieusement à paniquer. Je me calme 5 minutes, et puis j'essaie un autre chemin pour accéder au stade, ça à l'air d'aller mieux par là quand je vois juste devant moi un jet de bouteilles de verre, deux gars qui étaient à quelques mètres de moi se les prennent dans la tête et commencent à pisser le sang... Je fonce me coller à un mur encore une fois, je ressors mon téléphone et je tombe encore sur le répondeur, là je commence à péter les plombs. Je me dis que si j'arrive à rentrer dans le stade, je serais protéger alors je me mets à courir et je fonce aux guichets de la tribune Paris, je rentre super rapidement. Là je me sens soulagée, je me dis que c'est fini... Hé ben non, au moment où je veux atteindre la tribune G, les supporters de Boulogne sont juste devant l'entrée de ma tribune à lancer des pierres, des cannettes de bières ou autres sur nous, en traitant les supporters d'Auteuil de "bougnouls". Voilà le fond du problème, tout simplement du racisme. On se réfugie alors dans les escaliers de la tribune H et on attend que ça se calme. Les flics daignent enfin faire quelque chose et lancent de la lacrymo sur les supporters de boulogne pour qu'ils reculent et aillent dans leur tribune. On attend 10 minutes avant que la voie soit libre. Mais les grilles pour accéder à ma tribune sont encore fermées et les supporters d'Auteuil enfermés pour éviter des représailles... On attend encore, je suis furieuse, je tremble et je suis seule, je rappelle encore une fois F. je tombe encore sur le répondeur et je manque de peu d'exploser mon téléphone d'énervement. Enfin ils ouvrent les grilles de ma tribune, je fonce rejoindre F, je m'énerve, je m'assieds, je verse quelques larmes dû à l'énervement et tente de me calmer, je tremble de partout. Pendant 45 minutes je reste en colère. J'en ai marre de cette guerre entre les 2 clans de supporters parisiens. On est pas là pour se taper dessus, on est là pour regarder du foot... Ce sont vraiment des malades mentaux !