mardi 9 mars 2010

Running day ppa


Jeunes, étudiants, entreprises... Tous ensemble contre le cancer

Le samedi 13 mars au stade Jean Bouin de 10h à 14h, venez constituer la plus grande équipe de lutte contre le cancer !

Au programme :

- Accueil autour d'un brunch vitaminé

- Échauffement coaché par des sportifs de haut niveau

- Course solidaire avec une centaine de teams étudiantes, entreprises et média

- Village bien être : manger, bouger, se relaxer

- et autres...

Infos et inscriptions sur le site : Running day

J'y serai avec mes partenaires de footing :)

lundi 8 février 2010

Strabisme : 2e round !!


Je rentre de Nantes rassurée car je sais que je suis entre les mains d'un des meilleurs opthalmologistes de France, mais les choses se concrétisent, 19 ans après, je vais repasser sur la table d'opération, opérée par le même chirurgien que la première fois. Rassurée mais angoissée en même temps. C'est dans ces moments qu'on se rend compte que la vue est un merveilleux cadeau et qu'il faut en prendre soin, c'est pour ça que quand on me dit "on opère", je réponds "Ok, quand ?".

Opération prévue le 1er juillet 2010 (juste après les 24h du Mans).

Mon cas, je souffre d'un strabisme précoce, c'est à dire que je l'ai depuis les premiers mois de ma vie, dans mon cas depuis le 1er mois, ma vision ne s'est pas mise en place correctement lors de ma naissance. Mon strabisme est à différencier de ceux qui suivent un choc neurologique, moi je l'aurai à vie, aucune rééducation n'est efficace, il n'y a que la chirurgie qui limite le strabisme, mais ne le fait pas disparaître et donc je porterai des lunettes/lentilles toute ma vie... Je me suis faite à cette idée depuis le temps...

La différence cette fois est qu'étant adulte, ma capacité à m'adapter à ma nouvelle vision après l'opération sera moins bonne, pendant plusieurs mois je verrai double, le temps que mon cerveau s'habitue aux changements. Le risque étant que mon cerveau ne s'habitue jamais à cette nouvelle vision et que je vois double le restant de ma vie... Il parait qu'il faut être positif et tout rentrera dans l'ordre :)

lundi 7 décembre 2009

Pour la Recherche


Ce midi, pendant mes 5 minutes de pause déjeuner entre 2 patients, deux collègues discutaient des détournements de fonds des présidents d'associations pour la recherche médicale, et du conflit sidaction/téléthon.
Sans rentrer dans les détails, un de mes collègues a lancé une idée que je trouve pas si mal que ça. Etant donné que les dons individuels, dans certains cas sont détournés, que les gens sont lassés de se faire avoir, et que la recherche a beaucoup de difficultés en France, pourquoi l'Etat ne prendrait pas genre 5 à 10 euros par mois à chaque citoyen pour constituer une caisse pour la Recherche. Ce serait l'Etat qui distribuerait cet argent.

Je me doute que c'est carrément utopique, et puis je ne fais pas plus confiance à l'Etat, mais le fond me parait pas mal. Les associations continueraient leur travail.

C'est une idée...

samedi 14 novembre 2009

La phrase du mois


"Le corps humain est d'une telle complexité, qu'au final, si la machinerie déraille c'est "normal", par contre lorsque tout marche bien, ça relève du miracle"

mardi 13 octobre 2009

Médicaments anti-allergiques : Anti Inflammatoires Stéroïdiens dans l'asthme


Première fiche de révision réalisée et donc je vous propose le sujet de l'asthme, maladie chronique qui touche 5% de la population française, dont 15 à 20% des jeunes et tue 2000 personnes par an en France.
Il y a un an j'avais commencé à parler du sujet sans rentrer dans les détails ici.

Qu'est-ce que l'asthme ?

C'est une maladie inflammatoire chronique des bronches causée par une augmentation des éosinophiles qui s'accompagne d'une obstruction diffuse, variable, et réversible, caractérisée par une hyperréactivité bronchique.
La réaction inflammatoire entraine une constriction des bronches qui cause les symptômes de l'asthme. Contrairement à un individu sain, l'asthmatique est hyperréactif.

Symptômes : gêne respiratoire, oppression thoracique, sifflement, expectoration de mucus, toux...

Classement selon la sévérité de l'asthme, 4 stades GINA :
- asthme intermittent : symptômes brefs < ou = à 1 fois par semaine, asthme nocturne < à 2 fois par mois et respiration normale. Dans ce cas, on considère qu'il n'y a pas ou peu d'inflammation. La maladie n'est pas chronique.
- asthme persistant léger : symptômes > à 1 fois par semaine, asthme nocturne > à 2 fois par mois. Respiration normale mais avec une variabilité plus importante d'un débit respiratoire.
- asthme persistant modéré : symptômes > à 1 fois par jour, asthme nocturne > à 1 fois par semaine. Respiration plus difficile.
- asthme persistant sévère : symptômes permanents, asthme nocturne fréquent, respiration très affectée.

Traitement :
- pour l'asthme intermittent on met le patient sous agoniste Béta 2 de courte durée d'action en cas de crise.
- pour les patients qui ont un asthme persistent on leur donne des glucocorticoïdes inhalés pour combattre l'inflammation et des agonistes Béta 2 de courte durée en cas de crise ou de longue durée d'action comme traitement de fond.
- et pour les asthmatiques sévère, en plus de leur traitement on donne des corticoïdes oraux.

Mode d'action des corticoïdes

Agissent sur les cellules épithéliales pour inhiber la synthèse de médiateurs pro-inflammatoires. Donc son but est de combattre l'inflammation. Lors de l'inflammation, des cellules inflammatoires comme les éosinophiles, les lymphocytes T, mastocytes etc... sont recrutées dans la zone de l'inflammation, en parallèle, des médiateurs de l'inflammation sont synthétisés. Les corticoïdes vont faire disparaître les cellules inflammatoires par apoptose et inhiber la transcription des gènes codant pour les médiateurs pro-inflammatoire.

Effets des Glucocorticoïdes

- sur le métabolisme : hyperglycémie pouvant entrainer un diabète, hypoprotéinémie, insulinorésistance, hyperlipidémie
Favorise la néoglucogenèse, c'est à dire la synthèse de glucose à partir d'acides aminés présents dans les protéines, d'où l'atteinte musculaire et l'ostéoporose car os et muscles sont riches en protéines. La synthèse de glucose entraine une hyperglycémie d'où une sécrétion d'insuline qui ne servira à rien car le corticoïde bloque son action donc à long terme on aura une insulinorésistance.

- sur l'inflammation : dans nos cellules nous avons un facteur de transcription NFKB qui contrôle la transcription de gènes codant pour des médiateurs pro-inflammatoires. Les glucocorticoïdes vont bloquer ce facteur de transcription selon 4 mécanismes : en bloquant l'entrée de NFKB dans le noyau, en induisant la synthèse d'un inhibiteur de ce NFKB, en allant dans le noyau et inhibant l'action de NFKB sur la transcription, et enfin empêchant la transcription de gènes pro-inflammatoires en compactant l'ADN, ce qui empêche à la machinerie de la transcription de se mettre en place.

Voilà pour la première partie, la suite dans quelques jours sur la réaction allergique dans l'asthme.

C'est assez dense, je dois parler chinois pour beaucoup, mais c'est mon monde, j'aime savoir ce qu'il se passe dans notre corps, et si ça peut renseigner un peu ceux qui sont atteints d'asthme, j'aurais réussi quelque part.

samedi 3 octobre 2009

Vaccin H1N1 : quelques données...


Hier je suis allée à la pharmacovigilance de l'hôpital européen Georges Pompidou où je suis en stage pour avoir quelques renseignements concernant la vaccination contre la grippe saisonnière et la grippe H1N1.

Concernant le vaccin de la grippe H1N1, je suis assez réticente, alors si on m'impose de le faire parce que je suis en contact permanent avec une population à haut risque, autant avoir toutes les informations dessus.

" Les premiers résultats des essais cliniques concernant spécifiquement les vaccins H1N1 viennent d'être publiés. Il s'agit d'essais de phase II (recherche dose/efficacité) menés sur de petits effectifs d'adultes sains (18 à 64 ans)

2 équipes ont publié leurs résultats :

- Réalisé en Australie chez 240 sujets, le premier essai compare l'efficacité de deux doses d'un vaccin H1N1 préparé sur embryon de poulet selon les mêmes techniques que les vaccins contre la grippe saisonnière. Les effets indésirables sont rapportés globalement après la première dose. Des effets locaux sont recensés chez 46,3% des sujets, dont 36,1% de sensibilité et 21,7% de douleur au point d'injection. Par ailleurs, 45% des sujets se sont plaints d'effets indésirables systémiques : céphalées, malaise, myalgies, fièvre, frissons, nausées. Résultats tirés de l'article rédigé par Greenberg ME et collaborateurs dans le journal "New Englan Journal of Medecine", le journal le plus réputé.

- Le second essai de phase II, mené au Royaume-Uni préparé sur culture cellulaire. Parmi les 100 patients ayant reçu une ou deux doses de vaccin, 86% ont présenté un effet indésirable. 70% des sujets ont présenté une réaction local et 42% ont présenté une réaction systémique similaires au premier essai clinique. Résultats tirés de l'article rédigé par Clark TW et collaborateurs dans le journal "New England Journal of Medecine".

La différence entre les deux essais, c'est que dans le premier essai, le vaccin ne contient pas d'adjuvant, alors que dans le deuxième essai, le vaccin contient un adjuvant et des surfactants.

Qu'est-ce qu'un adjuvant ?

Exemple l'Aluminium qui permet de potentialiser la réponse immunitaire de certains antigènes vaccinaux, notamment les antigènes peptidiques recombinants et synthétiques

Les femmes enceintes : les vaccins contre la grippe A sont constitués de virions inactivés ou d'antigènes de surface comme les vaccins contre la grippe saisonnière. Il n'y a donc pas lieu de craindre une infection embryo-foetale par la souche vaccinale lors d'une vaccination en cours de grossesse. Néanmoins, il n'existe actuellement pas de données chez la femme enceinte avec ces vaccins.

mercredi 23 septembre 2009

Grossesse, clope, alcool...


Histoire de me donner bonne conscience, en me disant que je ne perds pas totalement mon temps en regardant le foot alors que j'ai un taff monstrueux, je repensais à ma journée de boulot et le meilleur moment de la journée : le repas de midi à la cafétéria avec l'équipe.
Le sujet de conversation me pousse à écrire cette note car je pense qu'il est très très important que les gens soient au courant de ce que leurs "petits plaisirs", "addictions" font endurer à leur progéniture.

Ce sujet est donc destinée aux femmes enceintes, mais les hommes peuvent lire comme ça ils pourront informer leur compagne quand elle sera en l'état :)

Commençons par l'alcool : je vais reprendre les mots d'un pharmacien avec qui je travaille "l'alcool chez une femme enceinte, c'est tout ou rien", alors mesdames qui se donnent bonne conscience parce qu'elles n'ont bu qu'un demi verre de rosé deux ou trois fois durant leur grossesse, le risque de retard mental, de déformation est le même que pour une femme qui boit régulièrement. J'exagère un peu, ce que je veux dire, c'est qu'il ne suffit que d'une gorgée d'alcool pour que l'enfant se développe mal. Et ça, les gens ne le savent pas forcément.

Une femme certes sait qu'elle ne DOIT pas boire d'alcool pendant sa grossesse, mais ne sait pas forcément qu'un verre en 9 mois peut avoir les mêmes effets que picoler tout au long de sa grossesse.

Personnellement je ne le savais pas et je me dis que je ne dois pas être la seule d'où ma note. Et je me dis que le jour où je tomberai enceinte, ça va être dur, mais l'enfant passe avant tout !! Hi hi hi je suis en train de penser à un truc, non seulement la femme ne doit pas boire pendant la grossesse, c'est à dire 9 mois, mais elle ne doit pas boire non plus pendant l'allaitement... Allez hop 1 an (voir plus) sans la moindre petite goutte d'alcool. Hé hé hé c'est la fête, faîtes des gosses (là je montre très clairement que bébé + moummoune = Error, pour le moment...)

Passons maintenant à la cigarette... Là je ne vais rien vous apprendre mais NON, c'est tout simplement pas possible, fumez toute votre vie si vous voulez, mais pas pendant que vous êtes enceinte SVP. Faîtes moins preuve d'égoïsme mesdames. Je pars du principe que si on veut un gosse, on fait tout pour qu'il soit en bonne santé, en commençant par stopper ses propres vices. Si je suis si intransigeante concernant la cigarette pendant la grossesse, c'est qu'il y a quelques années j'ai vu à la télé un reportage à ce propos, via une caméra on voyait la réaction du foetus à chaque bouffée de cigarette, il se recroquevillait, les fonctions vitales sont au ralenti, c'est comme s'il n'avait tout simplement plus d'oxygène, alors maintenant à chaque fois que je vois une femme enceinte fumer, j'ai cette image en tête et j'ai envie de la baffer.

Pour finir cette note sur une pointe d'humour, bien sûr le sketch de Florence Foresti : La grossesse

PS : je n'arrive plus à mettre les vidéos depuis quelques mois déjà, donc je ne peux mettre que le lien.

mardi 22 septembre 2009

Côté stage


Bon je me lance, j'ai gardé pour moi pendant un moment mon projet de stage. Ce fut un vrai parcours du combattant, j'avais pas la réponse définitive, le projet a été repoussé par manque d'argent, etc... Au final, je ne suis pas en industrie pharmaceutique, malheureusement, en ce moment toutes les grandes firmes pharmaceutiques se cassent un peu la figure, et la recherche est au point mort, donc pas de place pour des stagiaires. Dommage j'avais un super projet avec Servier :(
J'ai finalement été prise à l'hôpital européen Georges Pompidou, dans une équipe de l'inserm et je vais travailler sur les facteurs de risque de la mort subite.

Mais qu'est ce que "la mort subite" ?
% Bon en mode "explication imagée" : Vous avez certainement vu des films où un des acteurs se tient la poitrine au niveau du coeur et meurt en 30 secondes... C'est ça la mort subite, et non ce n'est pas que dans les films :)

Ce sont donc des recherches cliniques, chez des patients à risques ( hypertendu, incidents cardiovasculaires, faiblesses artérielles, diabétiques etc...) ou sains comme moi !! Je vous jure je suis également un cobaye, c'est marrant, on me fait des échographies des artères carotides, humérale, et fémorale. Je vais travailler sur un très gros projet sur 10000 patients, je ne les verrai pas tous, à priori je ne travaillerai "que" sur 2000 patients (ce qui est déjà énorme), je vais leur faire une mesure d'un facteur de risque et ensuite m'amuser avec des logiciels de statistique... Miam, miam :)

Je suis contente de l'équipe sur laquelle je suis tombée, je travaille avec des gens impressionnants, je suis en contact avec les patients, et l'ambiance est vraiment bonne. En plus la cafétéria est SUPER !!! La vache, en une semaine j'ai déjà pris du poids.

Seul bémol, je ne manipe pas, enfin je vais faire des mesures sur les patients, mais fini les tubes à essai, les réactifs etc... La moitié de mon temps je serai avec les patients et l'autre moitié sur mon ordinateur à travailler sur des logiciels spécialisés et faire mumuse sur Excel (Arf... j'aurai besoin d'aide)

Prochain sujet : une maladie rare touchant le collagène des cellules composant les artères. Cas d'un patient.

samedi 5 septembre 2009

Psychose H1N1 : un avantage


Si vous faîtes partie de ces personnes qui n'aiment pas qu'on les colle dans le métro, ou qu'on leur adresse la parole.

Solution : vous éternuez bien fort, et la moitié des personnes présentes iront à l'opposé du wagon. Testé ce matin !! Très bon moyen pour qu'on vous foute la paix !!

PS : c'est volontairement que je n'ai pas écrit de note sur la grippe H1N1... Je préfère regarder la psychose H1N1 opérer, attendons le mois de janvier et peut-être que je donnerai mon avis avec à l'appui des témoignages de pharmaciens et médecins (généraliste et hospitalier).

vendredi 28 août 2009

Nouveaux sujets


Cette année la rubrique santé sera consacrée à mon stage sur l'étude préclinique d'un médicament pour l'insuffisance rénale et à un sujet qui me touche personnellement : le strabisme.

Je suis née avec un strabisme assez grave. J'ai été immédiatement suivi par un premier ophtalmologiste qui au bout de 2 ans de rééducation à dit à mes parents qu'il ne pouvait rien pour moi, d'aller voir un jeune médecin qui venait d'arriver en Martinique et qui selon les dires était brillant : le Dr Merle. Au bout de 6 mois de consultation chez mon nouveau ophtalmo, le verdict tombe, l'opération est indispensable sinon je perds la vue de l'oeil gauche. Donc à l'âge de 4 ans je suis envoyée au CHU de Nantes, où les meilleurs spécialistes m'ont opérée. J'ai donc toujours porté des lunettes car en plus de mon strabisme je suis "très" hypermétrope.
Depuis 2 ans, je sens que ma vue baisse, que je me mets de plus en plus à loucher. Cet été lors de mon passage en Martinique, je suis donc allée voir mon ophtalmo une première fois, celui ci voit bien que ma vue a baissé, mais il demande un deuxième rdv cette fois après avoir mis un collyre qui me paralyse l'iris... Autant vous dire qu'avec un iris totalement dilaté je louchais dangereusement, et même avec des lunettes de soleil, j'étais totalement aveuglée par la lumière. Bref... Après 5 minutes de consultation, il est catégorique, je dois à nouveau me faire opérer, et dans l'année car comme quand j'étais petite, je suis à nouveau en train de perdre la vue. C'est un choc, je pensais juste qu'il fallait refaire mes lunettes et je me retrouve à devoir prendre rdv avec le meilleur spécialiste de France du Strabisme à Nantes pour un deuxième avis et pour planifier l'opération.

Je peux vous dire que j'ai vraiment peur, je me rappelle très bien de mon réveil après l'opération quand j'avais 4 ans, et je pensais ne plus jamais avoir à revivre ça.

Donc je vous ferai découvrir cette pathologie, ainsi que des moments que j'ai vécu à cause/dûs au strabisme.

mardi 30 juin 2009

Je suis leur esclave...


Il ne me reste plus que 2 semaines à travailler sur mes petits parasites et ils me mènent vraiment la vie dure ces derniers jours, et jusqu'à mon dernier jour de boulot ils vont me fatiguer.

Ce week-end je participais pour la 5e fois aux 24h du Mans en roller, je ne m'étale pas dessus, une note est en cours de rédaction pour raconter cette aventure extraordinaire. Bref, je suis rentrée donc dimanche soir crevée et malheureusement pour moi lundi matin je devais être à l'hôpital à 8h30 pour m'occuper de mes parasites qui devaient être bichonné. Toute la journée j'ai fait des manip' sur eux. Aujourd'hui 8h30 rdv à la fac de pharma pour récupérer 50 souches de paludisme, et direction Bichat avec mes petites bestioles dans un gros emballage protégé comme les trucs pour transporter les organes, les gens me regardaient avec des gros yeux dans le métro. Arrivée 10h à Bichat et hop c'est partie pour une journée de manip' pour apprendre à 18h qu'il faudra que je vienne samedi matin ET dimanche matin au labo pour rapidement m'occuper d'eux. Bon heureusement ça ne sera pas long, en une heure tout sera fait mais bon allez sur son lieu de travail un dimanche matin, c'est pas terrible.

Ah ces petites bêtes, je les aime bien au final, mais bon c'était le temps d'un stage, je ne me vois pas du tout passer ma vie dans ça... D'ailleurs il serait temps que j'arrive à trouver un fichu stage pour la rentrée, ça commence à me saouler. Pour le moment j'ai obtenu une réponse favorable dans les labos Servier mais c'est à côté d'Orléans donc je poursuis mes recherches dans l'industrie pharmaceutique pour rester autour de Paris mais c'est pas simple, je vais probablement devoir allez vers Toulouse ou Lyon. Ma foi ça ne me dérange pas, ça me fera découvrir d'autres villes. Et puis mes copains de Paris pourront toujours venir me voir les week-end :-D

jeudi 30 avril 2009

Toxicologie en phase préclinique chez l'animal


J'ai donc complètement modifié ma note sur l'usage des animaux dans l'industrie pharmaceutique et au lieu de m'emporter sur ceux qui font barrage, je vais présenter divers protocoles des différentes phases qui permettent de préparer l'administration du médicament à l'homme.

Avant tout je reconnais que l'utilisation d'animaux peut-être quelque chose de barbare aux yeux de certains, néanmoins elle reste extrêmement importante pour éviter de nombreuses pertes humaines. Alors la question qui se pose est : la fin justifie t-elle les moyens ? Personnellement ma réponse à cette question est oui. Et si pour vous c'est cruel d'inoculer un cancer à une souris, de la tuer et de l'autopsier afin de comprendre les mécanismes et étudier des médicaments pour sauver des vies humaines, peut-être qu'il vaudrait mieux que vous ne lisiez pas la suite..

Les études pré-cliniques correspondent à tout ce qui se passe avant l'administration chez l'homme, une fois que la molécule a été synthétisée. Je vous passe toutes les phases de recherches chimiques mises en place pour développer la molécule. Ces études se déroulent chez l'animal et donc il existe une règlementation très stricte sur l'utilisation des animaux, nous avons tout d'abord la règle des 3R : Réduire le nombre d'animaux, Raffiner l'usage en essaynt de faire le moins souffrir les animaux, Remplacer les animaux si c'est possible. Cette phase pré-clinique permet de déterminer la dose à administrer à l'homme et la durée du traitement chez celui-ci.

Buts de ces études
- étudier la toxicité lors de l'administration : mesurer la dose maximale tolérable DMT, déterminer et étudier l'organe cible, déterminer si les effets toxiques sont réversibles ou irréversibles, et mesurer la dose sans effet...
- étudier la toxicité des fonctions reproductrices : action sur les capacités reproductrices, infertilité, embryotoxicité, tératogénicité, carcinogénicité.
- autres : tolérance locale, immunotoxicité

Toxicité pour usage unique
A pour objectif de mettre en évidence la nature des effets toxiques, leur apparition dans le temps et leur intensité. Permet l'orientation des études pour usage réitéré.
2 espèces sont utilisées (souris ou rats+ un autre rongeur), les deux sexes, 4 à 5 doses + doses témoins sont testées : 5 animaux/sexe/dose. 2 voies d'administration : administration thérapeutique (celle qui sera utilisée chez l'homme) + administration par intra-veineuse. Observation sur deux semaines. Puis autopsie des animaux.
Permet de déterminer la dose létale nulle, la dose maximale tolérable, la dose sans effet.

Protocole :
- On prend un animal chez lequel on administre des doses croissantes de médicament jusqu'à ce qu'il meurt.
- L'étape précédente permet d'ajuster la dose afin de déterminer une dose initiale et ainsi on pourra établir une gamme en augmentant la dose initiale d'un facteur 3,2. Comme dit précédemment il y a 4à 5 doses en plus des témoins à tester.

Administration réitérée
Permet la mise en évidence d'altérations fonctionnelles et leur apparition en fonction de la dose. On détermine aussi la nature de l'effet toxique (réversible ou irréversible), effet cumulatif, retardé, choix des doses...
- toxicité sub-aiguë : administration pendant 90 jours de médicament à dose élevée mais pas toxique, permet de déterminer la toxicité cumulative
- toxicité aiguë : administration de médicament supérieure à 90 jours, permet de déterminer le facteur de sécurité pour l'homme.
2 espèces dont un rongeur, 2 sexes, 3 doses testées + les témoins : 10 animaux/dose/sexe. 1 voie d'administration : la voie thérapeutique qui sera utilisée chez l'homme. Examen clinique, examen biologique, hématologique, sanguin et autopsie des animaux.

Toxicité vis-à vis des fonctions de la reproduction
Effet tératogène, malformations externes etc...
- Phase A : étude de la gamétogenèse : on fait des frottis des spermatozoïdes des animaux pour voir s'ils sont affectés dans leur fonction, leur mobilité
- Phase B : traitement des femelles gravides (pleine/enceinte), analyse de la mère, du foetus, du nouveau né et de la génération suivante
- Phases C et D : développement embryonnaire et foetale. 2 espèces : rats + lapins, 3 doses étudiées + témoins. Permet d'étufier l'embyo-toxicité et la tératogénicité
- Phases C, D, E et F : développement pré et post-natal, chez les rats.

Mutagenèse
On vérifie l'absence de propriétés mutagènes. Il y a 3 tests obligatoires : le test AMES sur des bactéries (Escherichia Coli), un test in vitro d'aberration chromosomique chez des cellules de mammifères ou murines et un test d'aberration chromosomique sur des cellules hématopoïétiques. 2 tests sont réalisés et si on a des résultats aberrants ou positifs, on fait le 3e test.

Cancérogenèse
2 espèces de rongeurs, 3 doses + témoins, 50 animaux testés par voie thérapeutique. Cette phase dure 2 ans.

Voilà en gros, à quoi correspondent les études de toxicologie en phase pré-clinique. Une fois que tous les paramètres sont déterminés et qu'ils sont considérés comme "pas trop toxiques" pour l'homme, on passe aux essais cliniques chez l'homme. Ca en fait des animaux sacrifiés pour nous...

lundi 20 avril 2009

Les anti-inflammatoires


Parce que c'est d'actualité pour moi, depuis plusieurs jours je suis sous Profénid à cause de mon genoux et puis quasiment tout le monde en a pris dans sa vie.

La réaction inflammatoire est caractérisée par :
- la rougeur
- chaleur
- douleur
- gonflement

Et est composée de 3 phases:

- La phase vasculaire (dès les premières minutes) : congestion active par vasodilatation artériolaire puis capillaire ( histamine, sérotonine, prostaglandines, kinines) qui entraîne un œdème inflammatoire. Passage de liquide vers les tissus pour diluer la zone puis limitation du foyer par des barrières fibreuses avec une concentration des moyens de défense et un ralentissement sanguin.

- Phase cellulaire (à partir de 6h): arrivée des polynucléaires neutrophiles qui marquent l'inflammation aiguë, puis arrivée des macrophages, lympocytes et plasmocytes. En gros tous les moyens de défense et de nettoyage !!

- Phase de cicatrisation : granulome inflammatoire (cellule), nombreux capillaires...

Les anti-inflammatoires stéroïdiens

Inhibent les 3 phases de la réaction inflammatoire. Ils bloquent la Phospholipase A2 donc la production de leucotriènes, prostaglandines etc... Mécanisme nucléaire, c'est-à dire qu'ils se fixent sur des récepteurs qui vont dans le noyau, se fixent à l'ADN et bloque la synthèse de molécules pro-inflammatoires.

Autres propriétés : immunosuppresseurs à forte dose, anti-allergique (car bloque la libération d'histamine, leucotriène et prostaglandine), anti-asthmatique (car bloque les leucotriènes et la cycloxygénase 2), Action sur le métabolisme, action sur le système nerveux centrale (euphorisant, troubles appétit), entraîne des ulcères à cause de la diminution des prostaglandines donc de la sécrétion de mucus), fonte musculaire...

Effets secondaires : hyper et hypocorticisme : production excessive ou insuffisante de cortisol.

Contre-indications : état infection pré-existants (vaccins vivants), psychose, déséquilibre glucidique...

Les Anti-inflammatoires non stéroïdiens

Inhibent les cyclo oxygénase qui entrainent la synthèse de prostaglandines et de thromboxane (coagulation).



Mécanisme : Inhibent la synthèse de prostaglandine (aspirine, paractémol), antipyrétique (contre la fièvre), antalgique (contre la douleur), anti-agrégant plaquettaire.

Effets secondaires : ulcères, prolonge la grossesse car inhibe les contractions et bloque les saignements, hypersensibilité...

vendredi 17 avril 2009

Un peu de sérieux...


Bon les engueulades avec les copains, les petites amies des copains et tout ça, on les range au placard. Les petit(e)s ami(e)s sont souvent temporaires, les vrais amis sont là à vie. Donc je ne me fais pas trop de soucis, je serai là quand on viendra me voir...

Passons à des choses plus sérieuses... Ce sont à nouveau les révisions et je vais donc enrichir la rubrique santé en essayant de poster un note par jour sur un sujet différent, une classe de médicament ou autre.

Pour vous, ça vos apprendra peut-être des choses, et pour moi, ça me fera réviser.

Donc à tout à l'heure ;)

mercredi 4 mars 2009

Concert de solidarité pour Haïti


Au boulot, je travaille avec une thésarde qui fait partie d'une association appelée ICOF, qui organise demain soir un concert pour venir en aide à Haïti, plus précisément aux enfants haïtiens.




Le concert se déroulera au théâtre de Neuilly sur Seine le jeudi 5 mars à partir de 19h.

Les invités sont : Kery james, 113, Yael Naim, Louisy Joseph... et bien d'autres invités surprises


Pour plus d'infos :

- Facebook-Un coups de main pour Haïti

Myspace-Icof


Je vous invite à y aller ;)

lundi 19 janvier 2009

Des globules rouges !!


Voilà mon nouveau monde. A peine les exams finis que le stage débute. Donc direction l'hôpital Bichat-Claude Bernard à Porte de St Ouen pendant 2 mois dans le pavillon des maladies infectieuses tropicales et virales.

Le sujet de mes recherches : "Sybr green : méthode de chimiosensibilisation à Plasmodium falciparum".

Ca vous parle hein, je le sais. Donc en gros pour éviter d'utiliser la radioactivité qui pollue et qui est compliquée à utiliser, on met en place des techniques simples, sensibles, peu coûteuses, reproductibles, répétables (la technique idéale...) pour étudier la chimiosensibilité à plasmodium falciparum qui est le parasite du Paludisme.

Mon boulot est de montrer que la technique sybr green a les qualités pour remplacer l'utilisation de la radioactivité. Un étudiant a bosser sur cette technique sur une période d'incubation des globules rouges sur 42heures, il y a 2 ans, et moi je bosserai sur un temps d'incubation de 72heures afin de breveter cette technique sur cette utilisation. Et si mes résultats ne sont pas concluant je vais utiliser une autre technique l'Elisa... Vous avez dû entendre parler de ça au lycée c'est la technique utilisée pour le dépistage du SIDA.

La chimiosensibilité de plasmodium est déterminée avec des quantités croissantes de médicaments dont le chef de file est la chloroquine et on mesure la CI50, c'est à dire la concentration de médicament nécessaire pour inhiber 50% de parasites.

Donc voilà, aujourd'hui j'ai "maniper" du sang, grandes précautions prises pour éviter de se faire contaminer, ça serait con et puis la semaine prochaine j'attaque le sybr green et là encore grandes précautions car en plus du sang des patients, là je vais devoir "maniper" un produit qui peut entraîner des cancers car c'est un intercalant de l'ADN qui peut entrainer des mutations -> cancer !!.

Ah c'est passionnant... Je suis une vraie gosse, c'est trop cool. ET puis même que le midi je fais comme dans Grey's anatomy, à la cafèt' de l'hôpital avec ma blouse et tous ces gens en blouse.

Ok... J'arrête là.. pour le moment !!

mardi 6 janvier 2009

Médicament


Définition règlementaire du médicament selon l'Article L5111-1 du Code de la Santé Publique

« On entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l'égard des maladies humaines ou animales, ainsi que tout produit pouvant être administré à l'homme ou à l'animal, en vue d'établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions organiques.

Sont notamment considérés comme des médicaments les produits diététiques qui renferment dans leur composition des substances chimiques ou biologiques ne constituant pas elles-mêmes des aliments, mais dont la présence confère à ces produits, soit des propriétés spéciales recherchées en thérapeutique diététique, soit des propriétés de repas d'épreuve.

Les produits utilisés pour la désinfection des locaux et pour la prothèse dentaire ne sont pas considérés comme des médicaments. »

lundi 29 décembre 2008

Paradoxes français et américain


Paradoxe français : Le vin

Le taux bas de maladies cardiovasculaires en France par rapport aux autres pays occidentaux est dû au vin !! (Bon j'exagère et je grossis la chose exprès). Dans le vin il y a des flavonoïdes et des polyphénols comme le le resvératrol qui est un anti-fongique. Le Resvératrol est un antagoniste des dioxines, protège des effets des dioxines et du tabac :)

De l'autre côté on a les américains...

Paradoxe américain : Le lait

Depuis les années 60, les américains font une surconsommation de lait, or dans le lait il y a de la vitamine D. Et un surdosage en vitamine D est toxique pour l'organisme car augmente les risques cardiovasculaires...

Faut pas se fier aux apparences... Vive le vin

;)

mardi 2 décembre 2008

Quand les médecins deviennent des psys


Pourquoi pas... Au moins vous ne claquez pas votre argent à parler avec un psy...

J'ai une dermato dingo, mais bluffante. Allez la voir pour un problème au cuir chevelu et vous sortirez de son cabinet en pleurs... Elle m'a posé des milliards de questions sur ma vie et est arrivée à me faire parler de "Sa mort"... Je vous jure, un dermato qui devient psy. Je crois qu'elle s'est trompée de spécialité :)
Mis à part ça, le soleil devient mon ennemi... Pas de bol pour une martiniquaise :(

Jeudi, je mettrai une note plus intéressante...

jeudi 13 novembre 2008

La liste, la liste !!!


Enfin la liste est arrivée dans nos boîtes mail, la fameuse liste des laboratoires d'accueil pour mon premier stage en labo... Ca fait 1 semaine que je l'attends avec impatience.

J'ai envoyé donc lettre de motivation + Cv à 4 laboratoires dont les sujets d'études sont susceptibles de m'intéresser :
- le labo de biochimie métabolique et clinique de la fac de pharma de Paris 5
- le labo de toxicologie de la fac de pharmacie de Paris 5
- le labo d'étude des paludismes et antipaludiques
- études au CHU Necker sur «Tissu adipeux brun – Diabète – Obésité»

Je croise les doigts pour avoir des réponses positives et dès fin janvier j'attaque... C'est trop cool :)

- page 1 de 2